Langues
Réseaux sociaux
Prochains concerts
« septembre 2017 » loading...
L M M J V S D
28
29
30
31
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
1
 

Critiques de CD

Tabarinades

Early Music America
1 mars 2012
On their website, Les Boréades promote themselves as“keeping with the spirit of the Baroque era,” a phrase certainly befitting this CD. The disc is a compilation of arrangements and compositions from a multitude of composers, arranged for the ensemble by its director, Francis Colpron (who also plays the recorder). The tracks range from a delicate recorder and gamba setting of the madrigal “Da beirami scendea” by Jacques Arcadelt (c.1507-1568) to a rambunctious “Hungaresca” from a suite by Guillaume Dumanoir(1615-1697), which evokes a lively crowd gathering around street musicians. The variety of works, styles of playing, and interpretations that the group provides should be enough to draw the listener in for the full hour-long recording. But the ensemble adds even more: its performances exude a whimsical intensity and an attention to detail that draw these eclectic works of early music into a modern context.
Tabarinades is part of a larger project for Les Boréades attempting to recapture street performances of comic theatrical pieces performed in Paris in the 16thand 17th centuries. These performances often included musical works that accompanied humorous scenes played on the streets for those walking by. (See the ensemble’s website for a video clip of a live performance: www.boreades.com/en).
Many of the works on this disc are lively dance pieces, and the arrangements show case the group’s different soloists, adding variety to their performances and highlighting the members’ various virtuoso abilities. I was especially impressed with the three capriccios by Vincenzo Ruffo(c.1508-1587), which presented a variety of soloists (harpsichord,positive organ,recorders,cornetti,and violins), theatrical uses of percussion instruments, and a captivating rhythmic diversity. The air “Si jamais mon âme blessée,” written by Pierre Guedron (c.1570-c.1620) and arranged here for lute, is simple and lovely, a perfect contrast to the livelier pieces that came earlier. The viole da gamba are also featured on tracks 10 and 11, providing a rich, sustained sound that rounds out the CD. Most impressive is the ensemble’s organic and vivid energy. The group plays perfectly together throughout the disc, a great feat considering the amount of improvisation that probably occurred during the recording.
… this recording is a testament to Les Boréades’ innovative and exciting approach to 16th- and 17th- century instrumental music.
Alison DeSimone – Early Music America

La Scena Musicale
1 novembre 2011
★★★★
Two precisions given by the programme notes explain this CD’s title: « Music for the Tabarin theatre » and « French instrumental dances and songs (1550-1650). » Here we have music for popular theatre: entertaining, certainly, but also critical of the social shortcomings of the time. Tabarin was the soul, and Molière didn’t miss seeing him for the forerunner and inspiration that he was. This is festive music too, recreated for us by Les Boréades, in top shape with their thirteen instrumentalists, under the attentive baton of Francis Colpron. Some thirty pieces, of wich several have been adapted by the conductor, are signed by around fifteen more-or-less well-known composers. Playful and very rhythmic thanks to lively percussion, they all seem imprinted with nostalgia, even melancholy. This is particularly felt in the pieces reserved for strings alone, perhaps because of their husky tone. On the flute, Francis Colpron thrills with his masterful chirps and twitters. A real treat for the ears!
Alexandre Lazaridès – La Scena Musicale

The Whole Note
1 octobre 2011
Tabarin was the stage name of Jean Salomon. Born in 1584, he and Antoine and Philippe Girard set up an open-air theatre in Place Dauphine, Paris. Lively shows put Parisians of all classes in good humour, promoting the sale of Tabarin’s range of quack medicines. Music accompanied the sketches; violins and bass viol are depicted in illustrations. The comparison with commedia dell’arte is too tempting for Director Colpron, who adds the latter’s recorders, lute and guitar. From the start, this anthology (27 tracks in one hour!) features the liveliness of the French renaissance dance tune and many tracks are very familiar to early music lovers. Several pieces are taken from more courtly circles, ballets being an obvious example. In these cases, woodwinds liven up what might have been rather subdued string pieces.

The selection is varied, as a motet and a stately pavan find their way onto a CD of essentially French secular and theatrical music. None of this should distract the listener from an hour of highly enjoyable playing, none more so than the recorder-playing of Francis Colpron (listen to the stately quality of Da bei rami scendea). His direction brings as many as 14 early musicians together, sometimes 11 on one track–a veritable crowd for early music enthusiasts!
Michael Schwartz – The Whole Note

Radio-Canada – Première chaîne
24 septembre 2011
…Un disque que j’ai chéri, très beau musicalement…
Edgar Fruitier –
— Samedi et rien d’autre, SRC (Québec)

Un album très chaudement recommandé par Le Devoir.
— Le Devoir

À la manière d’un Théâtre des variétés, mais au 17e siècle, Les Boréades font revivre avec plusieurs comédiens, dont Carl Béchard, l’époque de Tabarin, prédécesseur de Molière. Avant d’aller voir cette comédie musicale grinçante, il faut se plonger dans un univers tout en musique, illustré de façon impeccable par une équipe de musiciens rodés aux danses et chansons françaises (1550-1650). En vingt-sept plages, avec une quantité impressionnante de compositeurs et troubadours inconnus, Francis Colpron et ses acolytes réalisent un véritable tour de force qui est loin d’être ennuyeux.
— Le Journal de Montréal

Au début du 17e siècle, Tabarin fut le «prince des bouffons» du théâtre de rue français. Le directeur des Boréades de Montréal, Francis Colpron (aussi à la flûte à bec), a eu la bonne idée de concevoir un programme qui mêle les facéties et calembredaines du personnage à des musiques appropriées. Danseries, chansons (instrumentales) et même un Ballet de grenouille sont au rendez-vous. La plupart des pièces sont interprétées par une dizaine de musiciens (flûtes, hautbois, cordes, clavecin et percussions) et la sélection variée offre des airs de Lambert Beaulieu, Michael Prætorius, Guillaume Dumanoir ou Pierre Guédron.
— Voir

[…] Les Boréades proposent un programme varié de musique théâtrale qu’on aurait entendue à Paris au début du 17e siècle. […] C’est joyeux, festif, les arrangements sont bien faits. […] Pour initier les enfants à ce genre de musique, c’est un album fantastique. […] Les chansons plus tristes viennent vraiment me toucher. […] L’exécution est vraiment impeccable! Allez acheter l’album, essayez de ne pas sourire, c’est impossible…
— Radio-Canada — Première chaîne, Médium Large

Journey

Les Boréades play the works in a cogent, unhurried and masterfull manner, never confusing energy with speed.
— Opus (Québec)

Il est facile de constater le chemin parcouru par un ensemble qui a su remplir les promesses initiales en devenant l’un des meilleurs de la nébuleuse baroque. Un plaisir renouvelé pour tous ceux qui connaissent déjà l’ensemble, et une occasion en or de le découvrir pour tous les néophytes.
— La Scena Musicale (Québec)

L’orchestre Les Boréades est d’une très belle sonorité… Les différents soli sont remarquables… Le chœur d’ouverture impose une perfection d’intonation, d’articulation et d’homogénéité qui trouve son point culminant dans la phrase finale.
— Répertoire (France)

Purcell

Les Lignes longues, le vibrato parfaitement dosé, le timbre chaleureux appartiennent à une grande chanteuse et le programme est parfaitement choisi pour coller à ses moyens vocaux. Ce disque, idéalement accompagné par les Boréades de Francis Colpron, fait l’éloge de la patience, de la classe et de la chaleur humaine.
— Le Devoir (Québec)

This is absolutely essential for Purcell lovers. And for music lovers, too.
— The Audiophile Audition

Royale, c’est le moins que l’on puisse dire de Karina Gauvin… Les œuvres les plus classiques de L’Orfeus Britannicus sont ici toutes présentes… entrecoupées de chaconnes et de musiques de scène brillamment jouées par Les Boréades.
— Classica-Répertoire

Karina Gauvin, en symbiose avec l’ensemble Les Boréades de Montréal… Un des meilleurs disques de l’année! (Indispensable)
— La Scena Musicale (Québec)

Gauvin sings with passion, ingratiating charm, sincerity and utter conviction… After Gauvin’s enchanting opening phrase, Colpron takes over with as deliciously poised and captivating piece of violin playing as one is ever likely to hear.
— International Record Review

Hyver

Guidés par la flûte, les neuf solistes instrumentaux sont, eux aussi, fidèle à leur réputation, éloquent chez Orphé, rustique chez Don Quichotte, toujours vifs, prodigues et sans détour. De la belle ouvrage…
— Diapason (France)

La Québécoise Karina Gauvin incarne avec subtilité les différents rôles que réunissent ces cantates… L’ensemble de chambre Les Boréades (un instrument par partie) lui apporte un soutien attentif.
— Le Monde de la Musique

Kudos to Francis Colpron (direction, recorders and traverse flute) for choosing the repertoire on this new CD. It is spectacular.
— Opus (Québec)

Karina Gauvin brille de tous ses feux… La partie instrumentale, assurée avec énergie et précision par Les Boréades, sous la direction du flûtiste Francis Colpron, contribue au réchauffement climatique. Un bijou de disque.
— L’actualité (Québec)

Ce disque heureux, festif et animé est un beau rayon de soleil dans le froid ambiant.
— Le Devoir (Québec)

Francis Colpron y fait merveille avec ses flûtes à bec si expressives, surtout quand elles s’entrelacent avec la voix de Karina Gauvin, et sa direction des Boréades est au diapason de cette musique élégante.
— La Scena musicale (Québec)

Le timbre charnu et rond de Karina Gauvin sied particulièrement bien à la cantate L’Hyver de Bodin de Boismortier… Le reste du programme orchestral est plus connu (…) mais offre à l’ensemble canadien Les Boréades de faire la démonstration de sa pugnacité interprétative.
— Classica-Répertoire

Kammermusik

Guidés par la flûte, les neuf solistes instrumentaux sont, eux aussi, fidèle à leur réputation, éloquent chez Orphé, rustique chez Don Quichotte, toujours vifs, prodigues et sans détour. De la belle ouvrage…
— Diapason (France)

La Québécoise Karina Gauvin incarne avec subtilité les différents rôles que réunissent ces cantates… L’ensemble de chambre Les Boréades (un instrument par partie) lui apporte un soutien attentif.
— Le Monde de la Musique

Kudos to Francis Colpron (direction, recorders and traverse flute) for choosing the repertoire on this new CD. It is spectacular.
— Opus (Québec)

Karina Gauvin brille de tous ses feux… La partie instrumentale, assurée avec énergie et précision par Les Boréades, sous la direction du flûtiste Francis Colpron, contribue au réchauffement climatique. Un bijou de disque.
— L’actualité (Québec)

Ce disque heureux, festif et animé est un beau rayon de soleil dans le froid ambiant.
— Le Devoir (Québec)

Francis Colpron y fait merveille avec ses flûtes à bec si expressives, surtout quand elles s’entrelacent avec la voix de Karina Gauvin, et sa direction des Boréades est au diapason de cette musique élégante.
— La Scena musicale (Québec)

Le timbre charnu et rond de Karina Gauvin sied particulièrement bien à la cantate L’Hyver de Bodin de Boismortier… Le reste du programme orchestral est plus connu (…) mais offre à l’ensemble canadien Les Boréades de faire la démonstration de sa pugnacité interprétative.
— Classica-Répertoire

Acis & Galatea

Le résultat est une impression agréable et attrayante de grande énergie et de vitalité. (5 étoiles)
— Goldberg

I warmly recommended it
— Gramophone

L’orchestre Les Boréades est d’une très belle sonorité … Les différents soli sont remarquables … Le chœur d’ouverture impose une perfection d’intonation, d’articulation et d’homogénéité qui trouve son point culminant dans la phrase finale ‘Ah The gentle Acis is no more’ du superbe chœur de déploration ‘Mourn all ye Muses’.
— Répertoire (France)

L’interprétation par les Boréades de l’aimable «masque» pastoral Acis and Galatea, chef-d’œuvre d’un Haendel dans la trentaine (1718), est placée sous le signe du sourire. Les flûtes à bec et les hautbois baroques s’en donnent à cœur joie pour notre plus grand ravissement. Sous la direction animée d’Eric Milnes (qui tient aussi le clavecin et l’orgue positif), les Boréades se révèlent un ensemble de premier ordre. (Indispensable de La Scena Musicale)
— La Scena musicale (Québec)

… L’orchestre est splendide … l’ornementation est abondante… les deux choeurs extrêmement expressifs du second acte, «Wretched lovers» et «Mourn, all ye muses» après la mort d’Acis, sont extraordinaires.
— Toccata

Super Flumina Babylonis

Le résultat est une impression agréable et attrayante de grande énergie et de vitalité. (5 étoiles)
— Goldberg

I warmly recommended it
— Gramophone

L’orchestre Les Boréades est d’une très belle sonorité … Les différents soli sont remarquables … Le chœur d’ouverture impose une perfection d’intonation, d’articulation et d’homogénéité qui trouve son point culminant dans la phrase finale ‘Ah The gentle Acis is no more’ du superbe chœur de déploration ‘Mourn all ye Muses’.
— Répertoire (France)

L’interprétation par les Boréades de l’aimable «masque» pastoral Acis and Galatea, chef-d’œuvre d’un Haendel dans la trentaine (1718), est placée sous le signe du sourire. Les flûtes à bec et les hautbois baroques s’en donnent à cœur joie pour notre plus grand ravissement. Sous la direction animée d’Eric Milnes (qui tient aussi le clavecin et l’orgue positif), les Boréades se révèlent un ensemble de premier ordre. (Indispensable de La Scena Musicale)
— La Scena musicale (Québec)

… L’orchestre est splendide … l’ornementation est abondante… les deux choeurs extrêmement expressifs du second acte, «Wretched lovers» et «Mourn, all ye muses» après la mort d’Acis, sont extraordinaires.
— Toccata

In Stilo Moderno

Le résultat est une impression agréable et attrayante de grande énergie et de vitalité. (5 étoiles)
— Goldberg

I warmly recommended it
— Gramophone

L’orchestre Les Boréades est d’une très belle sonorité … Les différents soli sont remarquables … Le chœur d’ouverture impose une perfection d’intonation, d’articulation et d’homogénéité qui trouve son point culminant dans la phrase finale ‘Ah The gentle Acis is no more’ du superbe chœur de déploration ‘Mourn all ye Muses’.
— Répertoire (France)

L’interprétation par les Boréades de l’aimable «masque» pastoral Acis and Galatea, chef-d’œuvre d’un Haendel dans la trentaine (1718), est placée sous le signe du sourire. Les flûtes à bec et les hautbois baroques s’en donnent à cœur joie pour notre plus grand ravissement. Sous la direction animée d’Eric Milnes (qui tient aussi le clavecin et l’orgue positif), les Boréades se révèlent un ensemble de premier ordre. (Indispensable de La Scena Musicale)
— La Scena musicale (Québec)

… L’orchestre est splendide … l’ornementation est abondante… les deux choeurs extrêmement expressifs du second acte, «Wretched lovers» et «Mourn, all ye muses» après la mort d’Acis, sont extraordinaires.
— Toccata

Telemann: Suites et concertos

Avec un style ainsi mûri, l’ensemble montréalais propose un disque délectable assorti d’une prise de son naturelle et transparente.
— Le Journal de Montréal (Québec)

… un disque réalisé par Les Boréades de Montréal que dirige avec brio le flûtiste Francis Colpron. […] La qualité de l’interprétation n’appelle aucune réserve et le bonheur court d’un bout à l’autre du disque.
— Guide Ressources (Québec)

… c’est le flûtiste Francis Colpron, un de ces musiciens qui transcendent littéralement leur instrument pour en faire le canal de l’expression musicale pure, qui nous enchante le plus. Il y joue de la flûte traversière aux côtés du violoniste Manfred Kraemer… […] Un ravissement.
— Voir (Québec)

It is simply wonderful Telemann playing.
— Early Music Review (Canada)

L’extraordinaire virtuosité des solistes est à entendre…
— La Presse (Québec)

Somptuosité du son, pièces de choix, virtuosité dans le dialogue des différentes sections instrumentales: Magistral. Dès les premières mesures, le charme et la richesse sonore de cet enregistrement donne une ambiance somptueuse qui ne se dément pas tout au long de l’enregistrement. […] Les instrumentistes des Boréades semblent soudés par leur passion et cela s’entend.
— Con Tempo (Québec)

Théâtre musical

Avec un style ainsi mûri, l’ensemble montréalais propose un disque délectable assorti d’une prise de son naturelle et transparente.
— Le Journal de Montréal (Québec)

… un disque réalisé par Les Boréades de Montréal que dirige avec brio le flûtiste Francis Colpron. […] La qualité de l’interprétation n’appelle aucune réserve et le bonheur court d’un bout à l’autre du disque.
— Guide Ressources (Québec)

… c’est le flûtiste Francis Colpron, un de ces musiciens qui transcendent littéralement leur instrument pour en faire le canal de l’expression musicale pure, qui nous enchante le plus. Il y joue de la flûte traversière aux côtés du violoniste Manfred Kraemer… […] Un ravissement.
— Voir (Québec)

It is simply wonderful Telemann playing.
— Early Music Review (Canada)

L’extraordinaire virtuosité des solistes est à entendre…
— La Presse (Québec)

Somptuosité du son, pièces de choix, virtuosité dans le dialogue des différentes sections instrumentales: Magistral. Dès les premières mesures, le charme et la richesse sonore de cet enregistrement donne une ambiance somptueuse qui ne se dément pas tout au long de l’enregistrement. […] Les instrumentistes des Boréades semblent soudés par leur passion et cela s’entend.
— Con Tempo (Québec)

Private Musick

A well-disciplined ensemble, the players achieve a subtlety of give and take with a seemingly infinite degree of tone colors akin to the best string quartet… Among the most satisfying […] discs to blow my way this past year.
— Toronto Early Music News (Canada)

This talented group makes up what was called a “broken consort”…
— Classical Music Magazine (Canada)

Among the most satisfying […] discs to blow my way this past year.
— Toronto Early Music News (Canada)

Noëls

Une simplicité toute classique confère beaucoup de charme et de grâce au programme de ce disque, qu’on réécoute avec plaisir, cela va de soi…
— Le Journal de Montréal (Québec)

5 étoiles — Excellent
— La Scena musicale (Québec)

Beatles Baroque

The performance is delightful … Baroque music afficionados who are closet Beatles fans now have a “white album” of their own.
— American Recorder (ÉU)

Beatles Baroque II

Les Boréades livrent un disque tout à fait réjouissant en reprenant quelques-uns des plus grands succès des Beatles. Essentiellement baroque, l’instrumentation de cet ensemble se prête très bien à ce jeu de métamorphoses, animé par le vent de liberté que ravivent les chansons de John Lennon et Paul McCartney. Un disque franchement attachant et séduisant.
— Le Journal de Montréal (Québec)

Ce n’est pas la première fois que les Beatles go baroque. Mais c’est la bonne. Car cette fois, les deux pôles exercent leur pouvoir. D’un côté, le petit groupe diffuse des parfums on ne peu plus baroque…. De l’autre côté, Lennon et McCartney tels qu’en eux-mêmes, respectés non seulement dans l’esprit mais dans le flux, la cadence, le beat et la manière même. (5 Diapasons)
— Diapason (France)