Archive

Percées dans le grave

Chapelle Saint-Louis 4230 rue Drolet, Montréal, Québec

La flûte traversière jouit au XVIIIe siècle d’une grande popularité, associée à son caractère intime et sensible. D’aucuns critiquent son manque de justesse et ses inégalités sonores, mais les compositeurs savent habilement tirer partie de ces « défauts »… Sa facture évolue sans cesse cependant, et on la munit de clés vers le milieu du siècle pour augmenter le volume et la clarté de ses notes graves, ce qui lui permettra de mieux tirer son épingle du jeu lorsqu’accompagnée. Les œuvres les plus ambitieuses qui lui sont alors réservées restent sans contredit les six Duos à deux flûtes sans basse de Wilhelm Friedemann Bach, étonnants par leur complexité et leur expression farouche, déjà romantique.

10$ à 35$

Jouvence pour un Roi fatigué

Salle de concert du Conservatoire 4750 Avenue Henri-Julien, Montréal, Québec

En plus de sa propre gloire, Louis XIV eut trois passions : les femmes, les bâtiments et la musique. Au cours des quelque vingt-cinq dernières années de son interminable règne, les deux premières pâlirent, l’une à cause de l’esprit de dévotion imposé à la Cour par Mme de Maintenon, son épouse morganatique, l’autre à cause des importantes difficultés économiques qui affligeaient le royaume. La musique, qu’il a étudiée dans sa jeunesse, le réconforte cependant jusqu’à ses derniers jours. Il aime ses musiciens, s’entretient volontiers avec eux et les choisit avec soin : Couperin écrit pour lui ses Concerts royaux, Marais est son violiste préféré et il encourage Élisabeth Jacquet, enfant prodige, dès ses premières compositions…

10$ à 35$