Infolettre, mars 2014

Infolettre, mars 2014

L’actualité ce mois-ci

  • Plus que quelques jours
  • Participez et gagnez
  • À surveiller en avril prochain
  • Contribuez aux activités de développement des Boréades
  • De la grande visite attendue en mai
  • Suggestion de CD ce mois-ci

Plus que quelques jours

Dans moins d’une semaine aura lieu le 3e concert de la 18e saison des Boréades, Contrebasse viennoise classique, qui sera présenté le jeudi 6 mars à 20 h à la Salle Bourgie du Musée des beaux-arts de Montréal située au 1339 rue Sherbrooke Ouest. Au programme, des œuvres de Vanhal, Sperger, Toeschi et Haydn qu’interprèteront Francis Colpron à la flûte traversière classique, Francis Palma Pelletier à la contrebasse viennoise et le Quatuor Franz Joseph.

Vous avez votre billet pour le concert du 6 mars? Achat en ligne

Pour plus d’informations, nous vous suggérons à revoir et à relire :

_MG_8314Francis-Palma-Pelletierquatuor franz joseph automne 2011-1 5x6

Participez et gagnez

851559_686779171351335_1269931707_nParticipez au concours en lien avec le concert du 6 mars prochain, Contrebasse viennoise classique, et courez la chance de gagner un disque (Kammermusik, question de demeurer dans l’univers de la musique allemande) et une paire de billets pour assister au concert du 6 mars. Pour participer à ce concours, c’est simple, il suffit de répondre correctement aux trois questions posées. Un rendez-vous à ne pas manquer! Participez et gagnez!

acd_2_2322

À surveiller en avril prochain

CD

Voici en primeur un aperçu du visuel du nouvel album Six Transcriptions sous étiquette ATMA Classique qui sera disponible dès le mois d’avril. Ce CD livrera des transcriptions de Sonates et fantaisies pour flûte à bec seule. Au programme : Bach, Telemann, Paganini, Tartini et Marais.

PochetteCD

Pour plus d’information sur le contenu de ce disque, nous vous invitons à lire (ou à relire) le texte de Francis Colpron Six Transcriptions.

 

 

Contribuez aux activités de développement des Boréades

baroqueville

Appuyez les activités de développement des Boréades en achetant un billet au coût de 100 $ l’unité (reçu pour fins d’impôt de 75 $) pour le concert-bénéfice 2014 Baroqueville  qui aura lieu le mardi 13 mai à 18 h à la Chapelle historique du Bon-Pasteur située au 100, rue Sherbrooke Est à Montréal. Mario Paquet, animateur des Soirées classiques à Espace musique, agira à titre de maître de cérémonie. Au programme, le répertoire virtuose qui a fait la réputation de l’Ensemble. Un cocktail en présence des musiciens suivra la représentation.

Pour information complémentaire : 514 634-1244. Surveillez la page d’accueil du site des Boréades, vous y trouverez sous peu les informations en lien avec cet événement.

De la grande visite attendue en mai

Stefano-BaglianoLe 4e et dernier concert de la 18e saison des Boréades recevra un invité de marque qui se joindra aux musiciens des Boréades, Stefano Bagliano à la flûte à bec. Stefano Bagliano est musicien et directeur artistique du Collegium pro Musica de Gènes. En mai 2012, il se joignait aux musiciens des Boréades lors du concert Dialoghi di flauti

Pour en savoir plus sur l’artiste

BAGLIANO INVITÉ – Billets en vente dès maintenant!

Suggestion de CD ce mois-ci

KAMMERMUSIK

acd_2_2322

 

Carl Philipp Emanuel Bach

Les Boréades de Montréal
 : Pablo Valetti / Francis Colpron
 / Hélène Plouffe 
/ Susie Napper /
 Alexander Weimann

Les éloges de la critique pour Kammermusik : Voici un disque splendide. Et le plus beau compliment qu’on puisse lui faire est celui-ci: on n’entend aucun des artistes, on n’entend que la musique… Colpron réussit ce tour de force: transformer son instrument — ses instruments — en voix humaines. (Indispensable de La Scena Musicale)
— La Scena Musicale (Québec)

Carl Philipp Emanuel Bach

Le sentiment est l’âme de la poésie.
Claude Adrien Helvétius, De l’Esprit, 1758.

Jusque vers 1820, le nom de Bach évoquait pour la plupart des mélomanes, non Johann Sebastian comme c’est le cas aujourd’hui, mais un de ses fils, Carl Philipp Emanuel, établi successivement à Berlin puis à Hambourg. Il compte en effet parmi les compositeurs les plus influents de son temps et son génie en a fait un important précurseur du romantisme musical. Emanuel Bach a vécu entre deux grandes époques; héritier de l’art de son père et des structures unifiées du Baroque, il a contribué à l’élaboration de la forme sonate sans entrer de plain-pied dans le classicisme que Haydn et Mozart porteront à son apogée. Comme beaucoup de musiciens qu’on estime un peu péjorativement être « de transition », Emanuel Bach, pour reprendre les mots du musicologue Carl de Nys, « manifeste davantage les tourments des générations futures que le bref équilibre classique qui devait lui succéder » et plusieurs de ses œuvres pourraient « être considérées comme le pendant sonore des Rêveries du promeneur solitaire […] et même de certaines pages de Châteaubriand et de Lamartine ».

     Né à Weimar le 8 mars 1714, cinquième enfant du grand Bach et filleul de Georg Philipp Telemann, Emanuel Bach fait ses premières études musicales auprès de son père. Il apprend ensuite le droit à Francfort et, fort de sa très solide formation comme virtuose du clavier, il entre en 1738 en tant que claveciniste dans l’orchestre du futur Frédéric II. Trois ans plus tard, après le couronnement de son patron comme roi de Prusse, il partage son temps entre Berlin et Potsdam, où la cour réside le plus souvent. Ce poste lui occasionnera cependant beaucoup de tracas, car le monarque, flûtiste de talent, est épris de style galant à l’italienne et, n’appréciant guère la hardiesse de ses compositions, il confine son travail à l’accompagnement. La vie musicale berlinoise cependant lui offre d’intéressantes compensations en la personne de nombreux amis, admirateurs lettrés et musiciens, dont la princesse Amalia, sœur du roi, auxquels il fait entendre de nombreuses sonates pour diverses combinaisons instrumentales.

     En 1767, à la mort de son parrain, Emanuel Bach hérite des charges que celui-ci occupait à Hambourg et il quitte Berlin avec un grand sentiment de liberté. Dans ses nouvelles fonctions de maître de chapelle de plusieurs des églises de la ville, et jusqu’à sa mort le 14 décembre 1788, il compose plusieurs pièces chorales de grande envergure et fait jouer celles de son père, de Haendel, de Jommelli et de Haydn. Il est alors au sommet de sa carrière et de son rayonnement; son œuvre est largement diffusée, surtout celle écrite pour le clavier, domaine où il se montre des plus originaux. Diderot, passionné par le nouveau style sensible, lui écrit afin d’obtenir de lui des sonates pour sa fille Angélique; lors de son retour de Russie en 1774, le philosophe français passera même par Hambourg pour rencontrer, sans succès semble-t-il, l’illustre musicien. Christian Neefe, qui sera le premier maître de Beethoven, et le baron Van Swieten, alors ambassadeur d’Autriche à Berlin, compteront également parmi ses très nombreux admirateurs.

     Refusant très tôt d’adhérer au style galant alors en vogue, Emanuel Bach figure parmi ceux qui ont le mieux incarné le courant dit « de la sensibilité » — Empfindsamkeit en allemand —, un mouvement à la fois littéraire et artistique qui allait fournir à la musique de nouveaux idéaux expressifs. Son style est en effet marqué par une émotivité nouvelle; il estimait que toucher le cœur des auditeurs devait être le souci premier de toute composition musicale, et que le musicien devait lui-même « être ému pour émouvoir ». Dans son important Essai sur la vraie manière de jouer des instruments à clavier, publié en 1753, il considère qu’« on aperçoit, au nombre de sentiments qui peuvent se rencontrer dans la musique, les dons bien particuliers qu’un musicien accompli doit posséder, et la grande sensibilité avec laquelle il doit les employer s’il veut pouvoir tenir compte des auditeurs [et] de la perception qu’ils auront du véritable caractère de son jeu ».

     Entre autres procédés, il élargit la convention « baroque » voulant que chacun des mouvements d’une œuvre n’illustre qu’un seul affekt, plus ou moins stéréotypé. Pour rendre compte du caractère changeant de nos humeurs — et confondant la composition et l’exécution —, il affirme: « À peine [le musicien] a-t-il exprimé une idée qu’une autre se présente, et c’est donc sans cesse qu’il doit pouvoir transformer ses passions ». À cet égard est remarquable la Sonate en trio pour deux violons et continuo en do mineur composée en 1749 et sous-titrée Le Sanguin et le Mélancolique. « C’est un essai, écrit-il, d’exprimer autant qu’il est possible avec les instruments ce qui se fait plus aisément avec la voix et des mots; il s’agit d’une conversation entre un sanguin et un mélancolique qui tentent de se convaincre l’un l’autre jusqu’à la fin du second mouvement, moment où le mélancolique se range du point de vue de l’autre. »

     Le musicologue Giorgio Pestelli constate qu’au contraire des musiciens de son temps, Emanuel Bach n’a pas la mélodie facile; une certaine rudesse se dégage parfois de ses compositions, mais la volonté de communication émotionnelle mise en œuvre se présente à nous comme l’aspect le plus fécond de son art. Les contemporains ne s’y sont pas trompés, émerveillés devant son style unique, sauvage, exalté. Et Pestelli conclut qu’« Emanuel Bach sera comme une exigence de sérieux, de tenue de l’écriture pour les instruments à clavier et, surtout, d’expression au sein d’une véritable mythologie des valeurs “nordiques”, qui connaîtra une longue existence » et verra chez Brahms son plus bel accomplissement.

     Commandées depuis Berlin par une excellente musicienne, Sarah Levy-Itzig — elle sera la grand-tante de Felix Mendelssohn —, les trois Quatuors pour pianoforte, flûte et alto, datés de 1788, sont les toutes dernières compositions d’Emanuel Bach. Leur distribution inhabituelle s’explique sans doute par le goût qui règne depuis longtemps dans la capitale prussienne pour la flûte et parce que le cercle d’amis de la commanditaire, qui elle-même touchait le clavier, comptait un excellent altiste. Sur le manuscrit autographe, le compositeur parle de quatuors plutôt que de trios — l’appellation que Haydn ou Mozart leur auraient donnée — à cause de l’ancienne convention qui considérait le nombre de voix de la composition plutôt que celui des instruments concernés, le clavier jouant ici deux parties, une par main. Cependant, certains estiment que, selon les pratiques du temps et bien que sa ligne ne soit pas notée, on doit joindre un violoncelle à l’ensemble pour doubler (avec quelques ajustements) la partie de basse du clavier, ajout qui fait alors des trois compositions des quatuors au sens moderne du mot. L’instrument à clavier n’est pas précisé par le compositeur, mais une main inconnue a inscrit « pianoforte » sur le manuscrit. Avec la liberté dont se sont prévalus les compositeurs de la période baroque, on peut les interpréter au clavecin ou au pianoforte, avec ou sans basse d’archet.

     Dans le style inimitable auquel Emanuel Bach nous a habitués, la variété et l’originalité du matériau thématique de ces chefs-d’œuvre n’ont d’égales que l’intensité expressive et les harmonies mouvantes de leurs mouvements lents. Les qualités de la musique de chambre de leur auteur s’y unissent à celles de sa musique pour clavier; en témoignent l’écriture pianistique et la forme de certains mouvements, comme le rondeau qui ouvre le Quatuor en la mineur. Bien qu’issus d’un autre univers, celui du Sturm und Drang de l’Allemagne du Nord, certains éléments, comme « leurs vifs contrastes de hauteurs, de couleurs [et] d’arti-culation » rapprochent, aux dires de Marc Vignal, ces Quatuors du style classique viennois. On peut même percevoir l’influence de Haydn dans l’Allegro di molto du Quatuor en ré majeur — peut-être s’agit-il là d’un discret hommage ou d’un témoignage d’amitié à un cadet que le vieux maître tenait en haute estime.

     Mais, malgré l’admiration qu’ils lui portaient, le style d’Emanuel Bach est assurément fort éloigné de ceux de Haydn et de Mozart. Quand il le décrit comme « une langue harmonique audacieuse avec des dissonances incisives et d’éblouissantes combinaisons d’accords, des points d’orgue dramatiques, des silences inattendus, des altérations du tempo, de brusques passages du majeur au mineur accentués encore par des effets dynamiques changeants et l’emploi de registres différents », Karl Geiringer fait ressortir bien davantage cette fougue émotionnelle dont Beethoven se souviendra longtemps que l’équilibre qui guide les classiques viennois. Ainsi, Carl Philipp Emanuel Bach, le fils du grand Bach, aura lui-même été le père des meilleurs musiciens romantiques.

— © François Filiatrault, 2004.

Pour achat en ligne

Pour entendre des extraits

Direction des communications, Les Boréades

signature_18e copie

Samuel Lalande-Markon
info@boreades.com

Ensemble de musique ancienne sur instruments d'époque.

Pas de commentaires

Sorry, the comment form is closed at this time.