Notre top 10 des meilleurs films avec musique baroque

Notre top 10 des meilleurs films avec musique baroque

La musique classique a toujours bien servi le cinéma, et c’est au baroque que l’on doit certaines des plus belles scènes du septième art. Cette semaine, les Boréades de Montréal vous proposent leur « Top 10 » des meilleurs films qui incorporent des extraits de musique baroque.

 

Molière – Ariane Mouchkine (1978)

Coup de cœur personnel de Francis Colpron, le Molière d’Ariane Mouchkine est une puissante fresque cinématographique inspirée de la vie du plus grand dramaturge français. Impossible de rester de glace devant la scène de la mort de Molière accompagnée par « L’Air du froid » tiré de l’opéra King Arthur de Purcell.

 

Le Roi danse – Gérard Corbeau (2000)

La trame sonore du Roi danse est à faire saliver n’importe quel amateur de musique baroque. On y retrouve de nombreux extraits d’opéras de Lully, notamment le « Prélude de la nuit » tiré du Triomphe de l’amour qui accompagne la mort de Molière, sans doute l’une des scènes les plus marquantes du film.

 

Tous les matins du monde – Alain Corneau (1991)

Certainement un grand classique du genre, Tous les matins du monde a contribué non seulement à populariser la musique baroque, mais aussi la musique ancienne sur instrument d’époque. Les parties de viole de Marin Marais et de Monsieur de Ste-Colombe sont interprétées par nul autre que Jordi Savall.

 

Jésus de Montréal – Denys Arcand (1989)

On connaît le goût du réalisateur Denys Arcand pour la musique classique, lui qui a mis en scène Zémire et Azor de Grétry en 2015 avec les Violons du Roy. Son film Jésus de Montréal témoigne de sa grande culture musicale, avec rien de moins qu’un extrait de « l’Inflammatus et Accensus » tiré du Stabat Mater de Pergolèse en guise de prologue.

 

Barry Lyndon – Stanley Kubrick (1975)

Succès mitigé à sa sortie, Barry Lyndon est aujourd’hui considéré par la critique comme un des plus grands films de Kubrick, voire un des plus grands films de tous les temps. Pour dépeindre cette tragique histoire de l’époque de Frédéric II, le génial réalisateur utilise de nombreux arrangement de Bach, Vivaldi, Mozart et bien d’autres compositeurs classiques. Mais c’est certainement l’utilisation de la « Sarabande » tirée de la Suite in D minor HWV 437 pour clavecin d’Haendel qui est la plus marquante… L’arrangement pour orchestre est très romantisé, mais ne privons pas pour autant notre plaisir…

 

The New World – Terence Malick (2005)

Réalisateur américain auréolé, Terence Malick se distingue avec son style élégiaque empreint de mystère et par ses puissants choix musicaux. Trop souvent exclu de son palmarès de réalisation, The New World comporte néanmoins d’immenses moments de cinémas. Outre la triomphale Ouverture de l’or du Rhin de Wagner, le film utilise brillamment le Concerto pour piano n° 23, K. 488 de Mozart dans une scène des plus saisissantes.

 

Orange mécanique (1971)

Peu de gens le savent, mais l’hallucinante ouverture de l’Orange mécanique de Kubrick n’est nulle autre qu’une version au synthétiseur de la « Marche funèbre de Queen Mary » de Purcell… Notons aussi un court extrait du Dies Irae, dont on retrouvera la version de Berlioz quelques années plus tard en ouverture de The Shining (1980)…

 

Amadeus – Milos Forman (1984)

Mozart ne fait peut-être pas partie de l’époque baroque, mais impossible de ne pas mentionner dans cette liste l’oscarié Amadeus. Bien que le récit déforme en plusieurs points la vie de Mozart et de sa relation avec Salieri, le film met somptueusement en scène certaines des plus belles pages du grand compositeur autrichien.

 

Chronique d’Anna Magdalena Bach – Danièle Huillet et Jean-Marie Straub (1968)

On doit en grande partie à Gustave Leonhardt et Nikolaus Harnoncourt l’avènement de la pratique historique en musique classique et le recours aux instruments d’époque. Saviez-vous que ceux-ci ont respectivement interprété Jean-Sébastien Bach et le Prince d’Anhalt-Cöthen dans Chronique d’Anna Magdalena Bach? Le film germano-italien est un véritable délice pour le mélomane avec de longs extraits musicaux interprétés par de grands musiciens du vingtième siècle.

 

Antichrist – Lars von Trier (2009)

Nous terminons cette liste avec le controversé réalisateur Lars von Trier, qui a multiplié dans ses films de grands extraits musicaux classiques. En ouverture de son corrosif Antichrist, il utilise l’aria « Lascia ch’io pianga » tiré de Rinaldo de Handel. La scène hyper-esthétisée, bien que dérangeante, témoigne de tout le talent du réalisateur.

 

Samuel Lalande-Markon
info@boreades.com

Ensemble de musique ancienne sur instruments d'époque.

1 Comment
  • streaming vf
    Publié à 12:47h, 30 septembre Répondre

    le film AMADEUS est très cool je l’ai vu il y a 3 jours et je veux le revoir

Publier un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.